Quel métier fait pour moi ?
Trouver sa voie pro

Quel Métier est Fait pour Moi ? 5 Etapes à Suivre

Vous vous lassez de votre job actuel, celui pour lequel vous avez suivi des études. Vous vous demandez si vous avez fait le bon choix d’orientation professionnelle. Ou bien cela fait quelques années que vous allez de poste en poste, sans avoir trouvé vraiment un job qui vous correspond. La question « Quel métier est vraiment fait pour moi ? » vous hante et je vous comprends. 

C’est la question que se pose de nombreuses personnes que je rencontre en coaching. Et lorsque cette question se manifeste alors que vous êtes en poste, l’idée de trouver enfin LE métier ou le poste qui va vous aller comme un gant est fondamentale. 

Changer de job, OUI. 

Mais sans se tromper

Big challenge !

La question vaut plus qu’un article bien sûr. 

Je vous donne là quelques actions à mener pour enclencher votre recherche. Car oui, trouver le métier ou le poste fait pour vous s’assimile à un jeu de pistes ou un puzzle de plus de 1000 pièces

Vous partez à la recherche de qui vous êtes, de ce que vous avez envie de faire, de ce que vous savez faire et aussi de ce qui peut vous faire gagner votre vie

Votre métier de demain n’existe peut-être pas encore !

En fin de scolarité, vous avez fait un choix d’études. Vous avez exercé ensuite, ou vous exercez encore un métier, en lien avec ce cursus étudiant. 

Bien souvent, l’orientation post-lycée nous envoie vers des métiers que je qualifie de « classiques ». Ceux bien connus des enseignants et des conseillers d’orientation. Ceux également qui sont « classables » dans un test d’orientation ou pour lesquels il existe une fiche métier. 

Il est vrai que là il y a déjà de quoi faire ! Et de quoi opérer aussi un énorme tri. Cela peut aider à éliminer ce qui ne vous convient pas du tout. Et à repérer les métiers qui vous attirent a priori, ou tout au moins quels aspects du métier en question vous enchante.

Chercher un métier qui vous correspond est une dynamique de toute une vie.

Notre monde évolue à toute vitesse, ne serait-ce que par les progrès de la recherche et les évolutions numériques. Une étude du cabinet Wagepoint a montré un phénomène dont il faut bien prendre conscience : 6 métiers sur dix exercés en 2030 n’existent pas encore actuellement. INCROYABLE !

Et 2030, c’est juste dans 11 ans ! 

Cela ouvre des opportunités formidables. Cela implique aussi l’importance de la formation professionnelle continue tout au long de votre carrière pour pouvoir toujours exercer un métier en évolution ou un nouveau métier. 

A ce stade de l’article, j’ai envie de vous raconter l’histoire d’une conversation entre mon fils de 12 ans et moi-même un matin, tôt, avant même de partir travailler. Vous allez voir le métier qu’il a trouvé à la fin… !

« Maman, tu me verrais bien dans quel métier ? »

Voilà LA question du matin, juste avant de partir au collège. 

Mon fils a 12 ans. Il pose la question de façon sérieuse, il attend vraiment une réponse de ma part. 

« Parce que moi, je ne vois vraiment pas dans quel métier je peux être  ! » poursuit-il.

Premier réflexe de ma part :  Attention, zone de danger… ne pas l’enfermer dans des métiers dits « classiques », tout au moins ceux que je connais le mieux ou ceux qui relèvent d’un héritage familial à faire des études supérieures scientifiques ou médicales. 

Réfléchir vite, faire appel aux talents. En quoi mon fils est unique ? Dans quelles attitudes, comportements, façons de penser est-il à l’aise ? Qu’est-ce qui le fait kiffer ? Juste deux secondes pour réfléchir et mettre tout cela en ordre pour lui dire : 

« Je te verrais bien dans l’aide psychologique aux autres car tu as le talent de comprendre les relations entre les personnes et tu as la sensibilité nécessaire à l’écoute ».

Peu de réaction de sa part, je continue.

« Je te verrais bien dans ce qui mobilise l’imagination, inventer des pièces de théâtre, écrire des livres… car tu aimes solliciter ton imagination »

« Mouais » répond-il peu convaincu.

« Alors pourquoi pas inventer des scenarii pour des jeux vidéos ? »

Là, ses yeux commencent à pétiller

« Et comme tu aimes aussi l’histoire et que tu es curieux de plein de choses, je te verrais bien dans des métiers de découverte ou de recherche, comme l’archéologie ou pourquoi pas encore allier créativité et histoire. Et trouver une façon originale d’expliquer la paléontologie aux visiteurs d’un Muséum d’histoire naturelle…. »

J’enchaîne : « Et  pourquoi pas aussi être un voyageur blogueur qui raconte de manière inédite les découvertes archéologiques ? »

« Pas mal ! » me répond-il. Sourires XXL. Il savoure…

Alors, je l’interroge : « Au final, dans tout ce que je t’ai dit, qu’est-ce que tu retiens pour toi ? »

« Et bien au final je me verrais bien dans le métier de  « Voyageur interstellaire paléonto blogueur ». Interstellaire, parce que tu vois, il y a astronaute dedans » me dit-il.

Quel métier !!!!! 

Mission accomplie pour la maman que je suis. Il a fait le plein d’énergie avec notre discussion matinale, il a des étoiles plein les yeux, il est rassuré par rapport à son avenir, il a trouvé un sens à son engagement scolaire… Extra !

Je voulais illustrer à travers ce vécu le fait qu’il me semble important de ne pas enfermer nos enfants trop tôt dans des métiers bien déterminés, surtout lorsqu’ils ne savent pas quoi faire. Mieux vaut leur permettre d’exprimer leurs centres d’intérêt, leurs aptitudes et leurs envies. Le temps de l’orientation étudiante arrivera bien vite de toute façon.

Mon métier actuel me correspond-il ? 

Cette conversation matinale m’a ensuite menée vers le questionnement suivant : 

Et pour moi-même, que puis-je en tirer ? 

  • Mon métier actuel, celui pour lequel je me lève chaque matin, me fait-il (encore) vibrer ? 
  • Et si je rebaptisais mon métier en des termes qui me font rêver, comment s’intitulerait-il ?
  • Et si je me penchais sur mes talents, lesquels découvrirais-je ?
  • Et si je n’avais pas enfoui certains de mes talents bien loin en moi, ferais-je aujourd’hui le même métier ? 
  • Et si …

Quand je mets en regard cette histoire et le fait que, dans 11 ans, six métiers sur 10 seront de nouveaux métiers, je me dis que je peux faire travailler mon imagination et mes envies pour construire mon futur métier ou mon futur poste.

Alors comment pouvez-vous vous y prendre pour avancer dans le jeu de pistes des métiers qui vous correspondent. Je vous donne 5 étapes à suivre. 

Tout d’abord, je souhaite quand même rappeler très brièvement quelles sont les composantes d’un job dans lequel vous vous épanouissez.

Les composantes indispensables d’un métier fait pour moi

Pour vous épanouir dans votre vie professionnelle, pour bien choisir votre métier et être certain-e qu’il fait sens pour vous, votre activité professionnelle doit rassembler un 4 éléments indispensables. 

Je les décrirai ainsi : 

  • J’aime ce que je fais dans ma vie pro de tous les jours. Voire je suis totalement passionné-e. Je suis motivée. 
  • Je suis compétent-e dans mon activité professionnelle. Et le « must », j’utilise mes talents dans le cadre de mon métier. 
  • Je trouve du sens à mon métier, il est en accord avec mes valeurs et je contribue à quelque chose d’utile dans ce monde où je vis.
  • Mon activité professionnelle me permet de gagner ma vie.

Certains reconnaîtront les 4 domaines de l’Ikigaï, formulés à ma façon.

Passons maintenant aux 5 étapes pour partir à la recherche du métier fait pour vous.

5 étapes pour avancer vers le métier qui vous correspond

1. Faire le point sur votre travail actuel

Pourquoi faire le point sur votre job actuel ? 

Peut-être tout simplement parce que votre métier actuel vous correspond déjà bien ou vous correspondrait plus en y faisant quelques ajustements. Ou encore vous correspondrait vraiment en changeant juste d’environnement de travail ou de secteur d’activité. 

Cela vaut le coup d’étudier la question. Je vous oriente vers l’article que j’ai déjà écrit à ce propos : « Comment faire le Point sur son Travail ? Ma Méthode ». Il détaille pas à pas la façon de vous y prendre. J’ai élaboré un document de travail support pour votre cheminement.

2. Mieux vous connaître dans vos aspirations et valeurs

Passez au crible vos aspirations, vos centres d’intérêt pro et perso. 

Par quels univers ou domaines êtes-vous attirés ? Avez-vous plutôt des penchants pour les activités dans le domaine médical, social, de la relation d’aide ? Ou votre truc, est-ce vraiment les dernières nouveautés technologiques ? A moins que ce ne soit la création artisanale, l’écriture ou ce qui tourne autour du voyage et de la découverte ? 

Faites votre liste, elle vous servira plus tard.

Passons aux valeurs.

A chaque travail de coaching, je demande à mes clients de travailler sur leurs valeurs. Peu de personnes savent finalement nommer le top 3 de leurs valeurs de façon spontanée. Et expliquer ce qu’il se trouve précisément pour elles derrière chaque valeur choisie. 

Alors, questionnez vous (oui, je sais encore et encore des questions….). Quelles sont  vos valeurs primordiales, celles pour lesquelles vous ne transigerez pas ? 

Etre à un poste ou exercer un métier dans lesquelles nos valeurs sont bafouées ne permet en rien l’épanouissement professionnel. En les travaillant, vos valeurs vous aident à décider !

Les lecteurs qui ont lu cet article ont aussi lu : Changer de Vie à 50 ans : Nous l’avons fait !

3. Solliciter votre entourage

Mettez à contribution vos amis, votre famille, vos collègues de travail avec qui vous vous entendez bien. Demandez-leur : « Avec ce que tu connais de moi, mes compétences, mes défauts, mes qualités, ma façon de travailler, dans quel autre métier me verrais-tu bien ? A ton avis, quel métier est fait pour moi»

Engrangez les réponses telles qu’elles vous sont données. Ces sont des CADEAUX. Nous ne nous connaissons pas toujours très bien, ou nous ne voulons pas toujours voir ce qui est évident. Et si une de leurs réponses vous étonne, demandez leur de préciser ce qui les amène à suggérer tel ou tel métier pour vous. Qu’est-ce qui chez vous leur fait penser que ce métier est peut-être fait pour vous

4. Cultiver l’ouverture

Cette phase là vous demande d’activer votre curiosité au niveau ++. Mettez vous en veille permanente. Captez au quotidien tout type d’informations. Soyez curieux par exemple de professions que vous ne connaissez pas. 

Cherchez des métiers insolites… 

L’idée là n’est pas de trouver exactement votre futur métier, mais de repérer : 

  • des secteurs d’activité qui vous plaisent, 
  • des missions attrayantes, 
  • des façons de travailler que vous ne soupçonniez pas, 
  • d’entrer en relation avec des personnes qui s’éclatent dans leur job et qui vous expliquent ce qu’elles font dans leur vie professionnelle….

5. Rassembler vos idées et tester le métier 

A ce stade, vous avez collecté un nombre incroyable d’informations sur vous-même

Là arrive la partie la plus difficile. 

Celle de trouver l’essence commune à tout cela et de la connecter à un métier existant ou à créer. 

Pas de précipitation, prenez le temps. Vous êtes en train de réussir un puzzle de 1000 pièces au moins !

Si vous avez besoin d’être accompagné-e dans votre démarche, vous pouvez toujours faire appel à un accompagnement coaching ou un bilan de compétences. Mais soyez certain-e que la personne qui saura le mieux ce qui va vous correspondre, c’est vous-même. 

Et puis, lancez-vous en phase de test. Trouvez une entreprise ou un entrepreneur qui veut bien que vous testiez le métier que vous pensez fait pour vous pendant une ou deux semaines. Il n’y a que là que vous pourrez confirmer (ou pas !) votre intérêt pressenti, tout en découvrant le back-office du job, et donc ses contraintes. 

Tant qu’à changer de job, autant le faire en étant certain-e à 110 %

Bonne réflexion à vous …

.

Laissez un commentaire plus bas pour témoigner ou poser vos questions.

Vous avez aimé cet article ? Cliquez sur les boutons Facebook « J’aime » et « Partager ». Allez-y !  Suivez aussi Bouge ta Vie Pro sur Pinterest. 

Partager l'article

24 commentaires

  • Pierre-Favre

    Très belle réponse que tu as faites a ton fils! C’est très juste de de faire remarquer que lorsque nous sommes ado et que nous cherchons un métier, les réponses des autres nous orientent (pour le meilleurs et pour le pire).
    Qui plus est, à l’école les métier proposé son avant tout dans le salariat, je crois que c’est dommage car l’entrepreneuriat, en plus d’ouvrir d’autres horizons, permet de vivre différemment des métiers que l’on peut pratiquer en temps que salarié…

    • Anne-Claire Quenardelle

      Très juste Pierre-Favre. Nos études nous orientent beaucoup plus vers le salariat que l’entrepreneuriat. Voilà une piste à faire évoluer ! Merci.

  • Maite

    Yes, bel article qui fait la part belle au champ des possibles … 🙂 Merci pour les pistes pour celles et ceux qui doutent actuellement …

  • Johanna Andria

    Bonjour,
    Merci de nous rappeler de ne pas enfermer nos enfants dans des cases. Je crois que le plus difficile lorsque l’on réfléchit à trouver sa voie, c’est le travail d’introspection. Savoir connaître ce que l’on aime et ce que l’on n’aime pas, les valeurs qui nous tiennent à coeur, c’est tout un programme. Et c’est vrai que c’est important d’accompagner nos enfants assez tôt dans cette démarche.
    Et comme tu le dis, on ne connait pas encore les métiers de demain. Cultiver la curiosité et l’envie d’apprendre toute sa vie est aussi une garantie que l’on saura évoluer tout au long de notre parcours.

    • Anne-Claire Quenardelle

      Oui, c’est tout à fait cela Johanna. Mettre concrètement des mots et des verbes d’action sur ce qui nous anime dans la vie n’est pas chose facile. Prendre son temps et cultiver l’ouverture. Cela demande une démarche volontaire à engager…

  • Sonnya

    Le monde évolue bien plus rapidement que nous ne pouvons l’imaginer… L’ouverture est comme tu le dis la clef pour trouver le moyen de s’épanouir en contribuant. D’ailleurs devons nous toujours parler de métier…

  • Severine

    Pour la petite histoire de l’école, c’est aussi très lié aux profs. Quand j’étais en seconde, j’adorais ma prof de physique chimie et je me voyais déjà à l’école de chimie à jouer avec des tubes à essais. J’ai donc choisi une filiale scientifique, et là… ce fut le drame! Deux années avec un prof archi-nul qui se donnait en spectacle et racontait sa vie plutôt que nous inspirer. un véritable fiasco pour moi! Mais bien des années plus tard, je suis passée par cette phase de réflexion qui m’a amenée à comprendre ce qui me plaisait vraiment et réaliser que c’est applicable a plusieurs métiers. Mais comme tu le dis si bien, ça passe par beauuucouuup de questions! 🙂

    • Anne-Claire Quenardelle

      Chouette ton témoignage. Tu as rebondi dans ta vie pro et tant mieux ! Merci Séverine d’avoir pris le temps de nous témoigner ton parcours.

  • Astrid de PartageTonBurnOut.fr

    Merci pour ce bel article !
    Oui je te suis 100% ! Se baser sur ses talents et ses valeurs pour faire un choix aligné et surtout ouvrir le champs des possibles et ne pas se cantonner à ce qui existe déjà.
    Petite anecdote : j’accompagne des élèves d’école d’ingénieur dans leur projet professionnel. Un des élèves me demande, lors de la première séance de groupe “mais si ce à quoi on abouti c’est n’importe quoi, vous allez nous aider à redescendre sur Terre ?”. Je lui ai répondu que NON, et comme tu le mentionnes, que les métiers de demain n’existent pas encore et qu’ils sont encore à inventer. Nos parents, n’auraient jamais pu imaginer que nous devions un jour, scrum master, blogueur, chief happiness officer etc…

    • Anne-Claire Quenardelle

      Astrid, j’aime beaucoup ton retour. Et bravo pour ta démarche avec tes étudiants. Notre société bride trop la réflexion sur l’orientation professionnelle. il faut être dans les cases… et cela ne convient vraiment pas à tout le monde. Merci !

  • Carpentier

    Bonjour. Chouette article qui ouvre la réflexion sur les métiers en devenir. J’ai souvent coaché des ados ou des jeunes adultes qui ont finalement une vision très restreinte de leurs possibilités. As-tu lu “what color is your parachute” ? Ce livre a le mérite de poser des questions très pragmatiques, pas seulement concernant le métier idéal mais aussi le cadre de travail, la rémunération attendue etc. J’en parle avec mes étudiants et leurs dit qu’il vaut mieux se poser ces questions tôt pour ne pas perdre de temps inutilement et ce, même si les reconversions professionnelles deviennent de plus en plus fréquentes et faciles. Merci pour ton article.

    • Anne-Claire Quenardelle

      Bonjour Sarah,
      Merci pour ta recommandation de lecture. J’adore le titre et je vais de ce pas me le procurer. Une excellente idée de le recommander à tes étudiants !

  • Valentine - Parents en Equilibre

    Un article qui traite d’un sujet tellement fondamental !
    Je me souviens de l’angoisse de mes élèves de Terminale… non pas à cause du bac, mais de leur orientation ! Ils venaient souvent me demander conseil, pris entre les recommandations de leurs parents, de certains de leurs enseignants, ils en oubliaient de se demander : et moi, qu’est-ce que j’aime ? quel talent j’ai ? qu’est-ce que j’ai à apporter au monde ?!

    • Anne-Claire Quenardelle

      Valentine, je ne sais pas si je vais te rassurer, mais je ne suis pas certaine que cela ait beaucoup changé ! Les élèves qui sont dans le flou ne trouvent pas toujours les appuis nécessaires pour les accompagner et les aider aux questions fondamentales que tu poses. Je connais pas mal de lycéens qui font des choix par défaut plus que par “vocation” ou par un vrai choix de leur part en fonction de leurs centres d’intérêt et talents. Nous avons encore du boulot pour accompagner nos jeunes…

  • Jung

    Aujourd’hui, avoir un métier qui nous correspond est devenu fondamental. Il n’est plus question d’hériter du métier de nos parents ou de viser la profession qui fait bien devant la famille. Il est désormais devenu indispensable d’exercer une profession qui touche à des valeurs importantes pour soi.
    Donc cet article est essentiel selon moi. Merci pour ces précieux conseils et d’aborder avec autant de qualité ce sujet tellement actuel.

  • Daniel

    J’aime beaucoup ta réflexion par rapport à la question de ton fils et comment tu as réussi à lui donner un coup de boost !

    Est ce que tu as entendu parler de “L’élément” de Ken Robinson ? Je trouve que c’est une version plus centrée sur soi contrairement à l’ikigai.
    On peut le résumer avec deux cercles qui se chevauchent :
    – L’un qui regroupe ce pour quoi tu es doué
    – L’autre qui regroupe ce que tu aimes faire
    L’élément est l’ensemble qui regroupe ces deux cercles.

    Son approche pour trouver notre voie commence par identifier ce que l’on déteste et ce qu’on aime pas. J’aime beaucoup cette approche parce que nous sommes tous doués pour des choses que l’on aime pas faire. On le sait tous mais ce n’est pas ce qui nous vient tout de suite à l’esprit surtout quand on commence un travail d’introspection.

    Personnellement, j’ai eu la chance de faire un travail sur moi dès le début de mes études supérieurs en commençant par cette étape. C’est toujours plus simple de répondre à “Qu’est-ce que tu n’aimes pas ?” qu’à “Qu’est-ce que tu aimes ?”.

    Je me rappelle encore de la feuille blanche posé devant et je ne savais pas quoi écrire. C’était très compliqué de débuter. Grâce à cette méthode, un pas après l’autre, on commence à écrire sur cette feuille blanche. C’est un premier pas. Ce qui est chouette aussi, c’est qu’il nous permet de “filtrer” nos doutes et hésitations. Je l’ai utilisé comme référence quand je me demandais si je me voyais dans ce métier là ou cette branche-là.

    Petits conseils pour les personnes à la recherche de leur élément/ikigai :

    Commencez par ce que vous n’aimez pas et chercher les raisons derrières elles. Vous trouverez très certainement des points de corrélation qui seront des indices pour trouver votre élément !

    Ne vous efforcez pas à trouver un métier en particulier, cherchez plutôt un domaine précis.

    Merci pour ton partage et tes conseils, ça m’a rappellé des souvenirs. La période difficille quand tu ne sais pas où tu en es et le sentiment de libération et de pleinitude quand tu trouves ta voie !

    • Anne-Claire Quenardelle

      Oui Daniel, je travaille beaucoup ainsi en coaching de transition professionnelle. Et d’ailleurs, je commence par cela bien souvent. En utilisant des techniques créatives pour libérer l’expression des coachés. En général, ils sont assez bluffés par ce que cela donne. Merci pour ton généreux commentaire et tes conseils.

  • David

    Salut Anne-Claire. Tu as écrit un excellent article. Il est bien écrit et très fédérateur. Je suis totalement d’accord avec le fait que “l’on est soi-même la seule personne qui saura le mieux ce qui va nous correspondre”. Et partir en immersion professionnelle, est une action des plus judicieuses et utiles. 👍

    • Anne-Claire Quenardelle

      Merci David. En effet, l’immersion devrait être rendue plus accessible car elle permet de vérifier et d’ajuster son projet professionnel

  • Audrey

    Quand tu dis que l’on peut demander à ses proches dans quel métier ils nous verraient bien, me vient une question. As-tu retourné la question à ton fils ? Lui as-tu demandé, selon lui, quel métier te correspondrait ? Juste par curiosité.

    Je suis actuellement en plein questionnement dans le cadre de mon Career Path pour le boulot mais tu me donne envie de l’élargir en dehors de la boîte.

    Merci encore pour tous ces bons conseils et cette inspiration.

    Audrey

    • Anne-Claire Quenardelle

      Bonjour Audrey,
      J’avoue que non, je ne lui ai pas retourné la question. Tu piques ma curiosité et je vais le demander à mes 3 enfants. J’espère avoir de belles surprises !. Je te souhaite une belle réflexion sur ta future vie professionnelle. Elargis le champ au max, travaille l’ouverture, voire invente de nouvelles façons de travailler… ouvre de nouvelles possibilités. En combinant tout cela ensuite, il peut se dessiner pour toi quelque chose d’inattendu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez vous à la Newsletter et en bonus, recevez mon e-book 

"RECONVERSION PROFESSIONNELLE : Par où commencer ?"

%d blogueurs aiment cette page :