Nouveau métier du numérique
Nouveaux Métiers

Nouveau Métier du Numérique : « Je suis Rédactrice Web »

Aujourd’hui, je vous fais découvrir un nouveau métier du numérique : Rédactrice Web. J’ai la chance de pouvoir interviewer Jennifer Guedama qui exerce cette profession en freelance depuis 3 ans. Elle nous explique comment elle y est parvenue, en quoi consiste son job au quotidien et quelles sont les qualités requises pour réussir dans cette profession. 

Allez, c’est parti pour tout savoir sur ce nouveau métier du numérique !

Rédactrice web, un nouveau métier dans le numérique

Bouge Ta Vie ProBonjour Jennifer, peux-tu me dire quels métiers tu exerces ?

Jennifer Guedama – Je suis traductrice de l’anglais au français depuis 2011 et rédactrice web depuis 3 ans. 

Bouge Ta Vie ProAs-tu exercé d’autres professions auparavant ?

Jennifer Guedama – Non, j’ai un parcours freelance pur jus. Pendant mes études, j’ai été salariée en restauration rapide pendant un mois, et également un mois en tant que vendeuse dans un magasin de vêtements. Puis, j’ai toujours été freelance, j’ai toujours voulu être à mon compte. 

Bouge Ta Vie ProTu as commencé par la traduction de suite après tes études je crois.

Jennifer Guedama – C’est ça. Quand j’ai eu mon Master de traduction, j’ai commencé tout de suite mon activité. 

Bouge Ta Vie ProPeux-tu me décrire le métier de rédactrice web ? Quelles en sont les missions ?

Jennifer Guedama – Mon métier consiste à rédiger du contenu numérique pour des entreprises, des blogueurs, des particuliers. Tous ceux qui ont un site web en fait. Cela peut aller de la grande  entreprise à la petite start-up, et cela dans tous les domaines. A partir du moment où une entreprise a un site Internet, elle a des rédacteurs web pour en rédiger le contenu. 

Bouge Ta Vie ProComment t’est venue l’idée d’être rédactrice web ?

Jennifer Guedama – J’ai découvert ce métier un peu par hasard sur Internet. J’ai commandé à l’époque un e-book qui donnait les fondamentaux du métier. Et je me suis dit « Pourquoi Pas ? » Je me suis inscrite sur les fameuses plateformes de rédaction… qui payent rien du tout. Il y en a une où j’ai décroché une première mission. C’était 100 articles à rédiger pour les assurances. Je ne connaissais rien du tout à ce domaine à l’époque. Je me suis lancée. La mission a duré 2 mois. Comme je me sentais à l’aise dans le métier et que j’apprenais les bases assez vite, je me suis mise à prospecter des clients sur Linkedin principalement. Ça a marché. J’ai décroché un autre client important qui me payait bien. Et voilà, petit à petit, d’autres clients sont venus vers moi pour me demander si j’étais disponible et cela c’est fait comme cela. 

Bouge Ta Vie ProActuellement quelle est la proportion de travail entre la traduction et la rédaction web ?

Jennifer Guedama – Maintenant, j’ai un peu mis de côté la traduction. La rédaction web a vraiment été une révélation. Je dirais 20 / 80. J’ai gardé un bon client en traduction, je ne voulais pas le laisser tomber. Sinon, je suis essentiellement sur la rédaction.

Bouge Ta Vie Pro Finalement, tu as opéré une transition professionnelle entre deux métiers. 

Jennifer Guedama – Oui, on peut dire cela. Mais toujours sur le Net. 

Le quotidien de rédactrice web : une discipline nécessaire

Bouge Ta Vie ProQuand on est freelance, il n’est pas toujours facile de se discipliner en travaillant depuis chez soi. Si tu devais décrire ta journée type, tu la décrirais comment ?

Jennifer Guedama – Etant maman, ma journée est principalement organisée en fonction des enfants. 

  • Je me lève très tôt, vers 5 h – 5 h 30 pour travailler sur mon blog Le blog du rédacteur.
  • Je m’occupe des enfants avant qu’ils ne partent pour l’école. 
  • A 8 H 30, je règle mes mails et les tâches administratives pendant un demi-heure.
  • Le reste de la matinée est consacrée à la rédaction web pour mes clients. 
  • Pause déjeuner
  • De 13 h 30 à 17 heures, je reprends la rédaction web. 
  • Puis je retravaille le soir après 21 h jusque 23 heures ou plus, pour mon blog. 

Bouge Ta Vie ProQuelles sont les clés du succès pour réussir dans ce nouveau métier de rédactrice web ?

Jennifer Guedama – Le critère n° 1 est d’être irréprochable en français : orthographe, grammaire, syntaxe… Les erreurs ne pardonnent pas. 

Il faut aussi avoir un esprit de synthèse. Quand j’ai un texte à écrire dans une thématique que je ne connais pas forcément, il faut pouvoir ouvrir plusieurs fenêtres sur Internet, analyser les différentes informations et les synthétiser dans un seul texte.

La maîtrise du SEO est également nécessaire, il faut au moins en pratiquer les rudiments, voire plus.

Enfin, je dirais que les qualités inhérentes au freelancing sont requises : la rigueur et la discipline. Il y a des fois où je n’ai pas envie de travailler, mais il le faut quand même. En travaillant chez soi, il est très facile de vouloir faire autre chose. 

Rédactrice web, un métier accessible

Bouge Ta Vie ProTu es devenue rédactrice web en autodidacte ?

Jennifer Guedama – Oui, je suis autodidacte, je n’ai pas suivi de formation initiale qualifiante pour cela. Je précise quand même que 2 mois après le début de mon activité, j’ai voulu me perfectionner dans le SEO et j’ai suivi un module de formation qui m’a bien aidé. J’ai décroché mes premiers clients et j’ai démarré ainsi. Les clients ne vont pas te demander ton CV. Ce qu’ils veulent, c’est voir si tu sais bien rédiger. 

Il me semble que maintenant il existe des formations universitaires. Mais pour moi, il faut surtout bien maîtriser le français et l’écriture. Et pouvoir travailler en freelance. 

Bouge Ta Vie ProCe que tu mets en avant, c’est que c’est un métier solo, accessible et sans avoir fait pour autant beaucoup d’études. 

Jennifer Guedama – C’est ça. Et il faut être curieux aussi. Un rédacteur web rédige sur des domaines qui ne lui sont pas forcement connus. Dans la même journée, un client peut te demander un article sur la « re-visite » de la tarte aux fraises pour un magazine féminin, et le midi, tu rédiges un article très pointu sur les droits de succession en immobilier. Il faut savoir adapter le style de l’article au client. Être un caméléon en quelque sorte. 

Ce nouveau métier du numérique est plutôt mal connu

Bouge Ta Vie ProExercer ce nouveau métier du numérique demande donc un grande capacité d’adaptation. A l’origine, tu as fait des études pour être traductrice. Et quand tu as annoncé à ton entourage : « Je me lance, je vais devenir rédactrice web », quelle a été leur réaction ?

Jennifer Guedama – Ils m’on dit « C’est quoi ce métier ? ». Et encore aujourd’hui, quand on me demande ce que je fais, les gens ne connaissent pas ce métier. Et j’explique. Il faut savoir que 80 % des contenus Internet ne sont pas rédigés par les sites en question. Et ça, ce n’est pas connu. Les gens sont un peu interloqués que l’article sur le Portugal qu’ils ont lu récemment a certainement été rédigé par une personne qui n’y est peut-être jamais allée. Ça fait partie du métier. 

Bouge Ta Vie ProQu’est ce qui te plaît le plus que tout dans ton métier ?

Jennifer Guedama – La liberté. La liberté de pouvoir gérer mon emploi du temps comme je veux. Je n’aurais pas supporté d’avoir un patron. Déjà toute gamine, je me disais que personne ne me commanderait. Je crois que c’est profondément ancré en moi cela. Je n’aurais pas pu être salariée. 

Bouge Ta Vie ProQuels clichés y a t-il sur ton métier ?

Jennifer Guedama – Quand je dis que « Je travaille à la maison », les personnes retiennent dans la phrase « à la maison », et non « Je travaille ». Exemple : une amie peut s’inviter à boire le café à 15 heures, alors que je suis en plein boulot. Elle ne comprend pas qu’elle me dérange en plein travail. Dernièrement, on m’a encore dit : « Toi tu es payée à rien faire». Ce sont en fait plus des a priori sur le free-lancing en général.

Et côté temps de travail ?

Bouge Ta Vie Pro Je ressens que l’on t’envoie le message « Ce n’est pas un vrai métier ! ». Dis-nous du coup, combien de temps travailles-tu par semaine ?

Jennifer Guedama – Il y a quelques mois, j’étais à 40 – 45 heures par semaine juste pour la rédaction. J’ai fait un gros burn-out.  Et je me suis dis STOP. J’ai arrêté de travailler avec certains clients. Cela m’a fait du bien. Et maintenant, je veille à tourner à une trentaine d’heures par semaine. 

Bouge Ta Vie ProLà, tu mets bien en avant qu’en étant à son compte, on ne se met pas toujours de limites ?

Jennifer Guedama – Oui, il y a un énorme risque d’effacement de la frontière entre le pro et le perso et de ne plus trouver son équilibre. J’ai appris à me mettre des limites. 

Bouge Ta Vie Pro En moyenne, combien écris-tu d’articles pour tes clients ?

Jennifer Guedama – Je dirais 5 articles par jour de 700 mots en moyenne. 

Bouge Ta Vie Pro5 articles ! Et en plus en passant radicalement d’un sujet à l’autre. 

Jennifer Guedama – Oui, justement, cela me rappelle une anecdote. Un jour, ma soeur a vu la liste des articles que je rédigeais sur une journée. Elle m’a dit « Mais ce n’est pas possible ! Tu passes vraiment du coq à l’âne ! ». En fait, c’est ça que j’aime dans ce métier du numérique, c’est très formateur, j’apprends énormément. Je suis spécialisée en assurances et dans l’immobilier maintenant. 

Une spécialisation dans un domaine est un atout

Bouge Ta Vie ProSi tu devais aider un jeune à choisir ce nouveau métier du numérique, que lui-dirais-tu ?

Jennifer Guedama – Je lui dirais de ne pas passer par les plateformes de rédaction. Ou vraiment juste au début, pour se faire la main.  Mais de ne pas y rester longtemps. C’est le grand danger. Être payé 1 ou 2 centimes le mot, c’est juste horrible. Il y a des rédacteurs qui y restent plus d’un an sans oser se lancer. Quand on a confiance en soi, il faut prospecter à froid. Et il y a tellement de sites web, que c’est autant de potentiel clients. Quand on est bien armé et qu’on a les capacités bien sûr. 

Bouge Ta Vie ProEst-ce un atout quand on recherche un client de lui annoncer qu’on a une spécialité de rédaction ? 

Jennifer Guedama – Carrément. Il faut aussi dire que tu es capable de rédiger sur tout.  Mais avoir une niche, c’est sûr, c’est un atout. On connaît déjà le jargon, on écrit plus vite. C’est beaucoup mieux. 

Bouge Ta Vie ProPeux-tu nous expliquer le principe de fonctionnement des plateformes de rédaction web ?

Jennifer Guedama – Ce sont des agences sur le web qui mettent en relation rédacteurs et clients qui recherchent des rédacteurs pour tel ou tel article. Ils donnent leurs consignes et expliquent ce qu’ils veulent sur la plateforme : type d’article, titre, mots-clés, etc. La plateforme se prend une bonne commission et le rédacteur est peu payé. C’est bien pour mettre un pied dans la profession et se tester. Mais il ne faut pas y rester. Certaines plateformes payent mieux que d’autres, mais il ne faut pas s’y attarder. 

Bouge Ta Vie ProDonc, ton conseil est d’éventuellement démarrer sur une plateforme et de lancer en parallèle une recherche de clients

Jennifer Guedama – Oui. J’ai des clients pour lesquels je travaille tous les jours. J’ai une liste d’articles à rédiger par mois, et mon planning est défini. J’ai aussi eu des clients blogueurs pour lesquels c’était moi qui trouvais les idées d’articles et les mot-clés, qui rédigeais et qui intégrais l’article sur leur site web. 

Bouge Ta Vie ProEn gros, tu étais devenue la blogueuse. 

Jennifer Guedama – Oui, et c’est de là que m’est venue l’idée de créer mon blog. Puisque je sais le faire pour les autres, pourquoi je ne le ferais pas pour moi ? Et c’est comme cela, que j’ai lancé mon blog .

La concurrence est de plus en plus forte dans ce nouveau métier du numérique

Bouge Ta Vie ProAu niveau rémunération, peut-on vivre de la rédaction web ? 

Jennifer Guedama – Oui, on peut même très bien vivre de la rédaction web. J’ai écrit un article à ce propos. Quand on cible les bons clients dans la bonne niche, on est capable de faire un bon chiffre d’affaires

Bouge Ta Vie ProVois-tu des évolutions à venir dans ce métier ?

Jennifer Guedama – Je note qu’il y a de plus en plus de personnes attirées par ce nouveau métier du numérique. Elles s’inscrivent sur les plateformes et prospectent des clients. Donc, cela devient de plus en plus difficile de se démarquer. On ne va pas se le cacher. Du coup, les clients osent tirer les prix vers le bas. Il est de plus en plus difficile de faire sa place. C’est pour cela qu’il faut produire des contenus de haute qualité et prouver qu’on est légitime. Ne serait-ce que par un blog. Il faut un portfolio en béton

Bouge Ta Vie ProTu cumules 3 métiers, tu es une slasheuse en fait. Comment vois-tu la suite dans ton équilibre professionnel ?

Jennifer Guedama – A terme, j’aimerais pouvoir vivre entièrement de mon blog. Et pouvoir apprendre aux gens tous les tenants et aboutissants de la rédaction web. 

Bouge Ta Vie ProEt tu as une belle expérience pour cela, tu es complètement légitime pour le coup. Merci Jennifer pour le temps que tu as consacré à cette interview pour nous faire découvrir ce nouveau métier du numérique. 

Pour en savoir plus sur Jennifer et son métier, suivez là sur son blog. Vous serez accueilli-e et guidé-e tout au long de ses articles par son avatar, cette “petite bonne femme” sympathique qui vous fait un merveilleux clin d’oeil.

Vous avez aimé cet article ? Laissez un commentaire ci-dessous et surtout dites-moi de quels nouveaux métiers vous voudriez que je vous parle sur ce blog. A très vite.

Cliquez sur les boutons Facebook « J’aime » et « Partager » si vous voulez faire profiter de cet article à votre entourage. Allez-y ! 

Suivez aussi Bouge ta Vie Pro sur Pinterest et Instagram

Partager l'article

10 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez vous à la Newsletter et en bonus, recevez mon e-book 

"RECONVERSION PROFESSIONNELLE : Par où commencer ?"

%d blogueurs aiment cette page :